×

Avertissement

JFolder::files : le chemin n'est pas un répertoire. Chemin : /home/lamontad/www/images/ainay_30-12-2012
JFolder::files : le chemin n'est pas un répertoire. Chemin : /home/lamontad/www/images/Saint-Romain
JFolder::files : le chemin n'est pas un répertoire. Chemin : /home/lamontad/www/images/choeur_et_orchestre_2011
×

Annonce

There was a problem rendering your image gallery. Please make sure that the folder you are using in the Simple Image Gallery plugin tags exists and contains valid image files. The plugin could not locate the folder: images/ainay_30-12-2012
There was a problem rendering your image gallery. Please make sure that the folder you are using in the Simple Image Gallery plugin tags exists and contains valid image files. The plugin could not locate the folder: images/Saint-Romain
There was a problem rendering your image gallery. Please make sure that the folder you are using in the Simple Image Gallery plugin tags exists and contains valid image files. The plugin could not locate the folder: images/choeur_et_orchestre_2011

En ce samedi soir, La Montadour accueillait une nouvelle fois dans l’église de Montanay le Chœur de Crimée, une vingtaine de jeunes chanteurs sous la direction de Igor MIKHAILEVSKIY.  Dans la première partie, les chants traditionnels orthodoxes nous ont donné l’occasion d’entendre des voix exceptionnelles de basses et ténors, d’apprécier la technique vocale de ce groupe professionnel venu des bords de la mer Noire.
Après l’entracte, les jeunes filles avaient revêtu leurs costumes ukrainiens, longues robes rouges et brodées pour un répertoire alternant gracieusement chants et rondes de leur folklore et qui mettait en valeur les voix de sopranos.
Ils ont quitté à la lumière des chandelles le public qui les a ovationnés avant de souhaiter dans un refrain « longue vie aux spectateurs » selon la coutume des concerts russes.


 

« Dieu habite Düsseldorf »…Dans le monde absurde et loufoque de Sébastien THIERY, c’est le titre d’un essai philosophique qui n’a valu que des ennuis à son auteur, un des personnages en quête de reconnaissance et d’admiration dans une des 8 saynètes qui composent cette pièce.


Joués en duo par d’excellents comédiens, Jean Philippe AGE et Jean-Jacques LAPIERRE, ces hommes, au fil des rencontres de la vie quotidienne, recherchent des relations humaines ou amicales, de l’affection dans un monde qui les dépasse.
Un désire se faire handicaper volontairement pour qu’on le remarque, un autre aime tellement les chiffres qu’il fait grossir les petits en ajoutant des zéros. Evidemment dans un poste d’employé de banque c’est plutôt mal vu.
Un troisième en arrive même à empailler son père. Est-ce pour le garder à jamais et ne pas subir l’épreuve de la séparation ??


Le chœur d’hommes de La Montadour a clos le dernier sketch avec HEGOAK, chanson mélancolique sur un amour impossible, confrontant possession et liberté.

Total changement d’ambiance en deuxième partie de soirée puisque LA MONTADOUR, elle,  a de très nombreux amis qui ont profité de la musique de Pierre pour danser ou trinquer autour d’une assiette de bugnes.

 

Après deux représentations du « Gloria » de Vivaldi avec la Camerata du Rhône en 2011, une autre version était en attente avec un accompagnement différent.

 

Encore fallait-il trouver « la » date  qui conviendrait au trompettiste Didier MARTIN, à l’organiste Vincent COIFFET, aux solistes et au chœur et à laquelle la basilique St Martin d’Ainay pourrait nous accueillir.

 
C’est donc le dimanche 30 Septembre en fin d’après midi, que la Montadour a donné ce nouveau concert devant un public ami auquel se sont joints les habitués du quartier et quelques touristes intéressés par le programme. En première partie, l’orgue a joué des œuvres de Telemann, Haendel, Bach, Loeillet… accompagné par la trompette de Didier MARTIN ou le hautbois d’Elodie RENARD.

 
En seconde partie, l’orgue nous accompagna pour le « Sancta Maria » de Mozart, puis dans le « GLORIA ». Avec la trompette, le hautbois, le chœur et les voix des solistes Elisabeth COLOMBANI, Sylvie HAUTREUX et Anne CRABBE, l’oeuvre de Vivaldi a une nouvelle fois enchanté le public.

 

{gallery}ainay_30-12-2012{/gallery}

Pour cette fin d’année, le chœur CRESCENDO de Bron nous avait invité à partager son concert de Noël selon la formule « match aller et retour » dixit son chef Jean-Michel BLANCHON.

Samedi 15 à MONTANAY, nous avons fait une première partie basée sur la variété contemporaine, sans oublier la touche « chœur d’hommes » et quelques œuvres plus classiques, alors que Dimanche à BRON, notre programme faisait la part belle au « GLORIA » de Vivaldi avec la participation de Vincent COIFFET au piano.

CRESCENDO a proposé un répertoire à dominante nord - américaine qui a fait découvrir au public les compositeurs contemporains qui travaillent principalement pour les chœurs universitaires. Mention spéciale aux dames de CRESCENDO qui ont obtenu une œuvre pour voix de femmes et à la version de « Il est né le divin enfant » harmonisée pour le XXI ème siècle par Patrick MILLET.

A l’issue des concerts, les succulents buffets montanois et brondillants ont permis aux choristes de faire plus ample connaissance.

 

Samedi 26 : Les choristes attendent le car en dégustant les croissants et le café du matin, entourés de leurs bagages. Le car arrive, conduit par Luc, le chauffeur qui nous a déjà emmenés en Allemagne, en Belgique…Le car est plein, les soutes aussi. Quelques uns prennent leur voiture : rendez-vous à Troistorrents.
La pause de midi se fera au bord du lac Léman, sur la plage d’Exenevex. Temps idéal pour marcher les pieds dans le sable, on lézarde, mais nous serons presque à l’heure devant la petite gare de Troistorrents où nous attendent les choristes de Chantevieze. C’est l’heure des retrouvailles et chacun part avec sa valise dans une famille ou au gîte de Morgins.

Petite pause goûter et préparation pour le concert du soir en hommage à Pierre HUWILER, compositeur et harmonisateur suisse qui sera présent dans la salle. Tout le programme de ChanteVièze reprendra ses titres que Pascal Joris, le directeur comme on dit là-bas, présentera avec beaucoup d’enthousiasme et d’acrostiches !!

Nous ferons honneur au somptueux buffet concocté par nos amis suisses et à la soupe bienvenue en fin de soirée. « Y avait septante litres de soupe et il en reste… ça !»

Dimanche 27 : Nous sommes réveillés par les cloches de Pentecôte. Au gîte une équipe de Chante Vièze sert les petits déjeuners ! Après un petit tour dans les rues du village où les chalets s’accrochent à la pente, nous reprenons le car. Pascal, le chef, nous sert de guide et nous conte l’histoire du Valais depuis les Romains, sur la route qui nous mène à SION. Visite, dégustations et agapes dans la cave GIROUD, un des grands négociants en vins de la région. Pour le goûter nos hôtes nous attendent à La Cavagne, magasin des produits du terroir, avec boissons et « salées ». Une « salée » est une tarte sucrée à base de pâte briochée, recouverte de beurre et de compote de pommes à la cannelle. C’est une spécialité du Val d’Illiers.
En début de soirée, le temps est incertain et la raclette aura finalement lieu à la salle polyvalente de Morgins. Les tables sont dressées et au bout de chacune d’elle prend place le « racleur » qui aura la lourde tâche tout au long du repas de surveiller la « coulure ? » de la meule du fromage d’alpages et d’en recouvrir les petites pommes de terre. « La raclette, on la mange lentement et on en reprend souvent… » avec un petit verre de Chardonnay.
La troisième mi-temps verra l’arrivée d’un escadron de gendarmes montanois, suivis du Grand Schtroumpf et d’une tribu de joyeux  et bleus lurons poursuivis par Azraël et Gargamel et sauvés par Guillaume Tell, le héros du pays.
Pendant ce temps, l’orage se déchaîne et on comprend pourquoi le Val d’Illiers est surnommé le « pot de chambre du Valais ». Encore quelques chansons et on regagne nos lits sous un ciel redevenu limpide.

Lundi 28 : C’est déjà le départ ! On se fait «  trois becs », on se remercie, ce week end était très sympa ! Mais nous avons de la route à faire avant de retrouver Montanay. Nous visitons avec un guide le château de GRUYERES, (petite cité médiévale du canton de Fribourg), l’occasion de faire connaissance avec l’Histoire d’un proche voisin que nous connaissons bien mal. Le château a été restauré principalement au XIXè siècle par BOVY, un peintre dont les amis ont décoré de nombreuses pièces. A midi, nous nous attablons à l’auberge « la Fleur de  Lys » pour un délicieux repas terminé par une spécialité : la meringue à la double crème de Gruyères et c’est très bon ! Merci Bernadette d’avoir si bien choisi !

Les choristes sont bien silencieux sur la route qui longe les vignobles de Lavaux sur la rive Nord du Léman et il n’y a pas que le moteur qui ronfle …Une dernière photo du groupe devant le car à notre arrivée à Montanay et nous nous quittons, la tête bien pleine de joyeux souvenirs.
Les échanges, c’est super !!