×

Avertissement

JFolder::files : le chemin n'est pas un répertoire. Chemin : /home/lamontad/www/images/ainay_30-12-2012
×

Annonce

There was a problem rendering your image gallery. Please make sure that the folder you are using in the Simple Image Gallery plugin tags exists and contains valid image files. The plugin could not locate the folder: images/ainay_30-12-2012

Le « Concert de Printemps » méritait bien ce nom. Cet après-midi du dimanche fût une parenthèse ensoleillée dans un printemps pourri. La petite église de pierres dorées, bien remplie, était baignée de lumière, le public familial et chaleureux.
Par la porte restée ouverte, on voyait les passants s’arrêter sur la place, écouter un ou deux chants avant de continuer leur promenade. La Montadour a offert ce jour-là un large éventail de son répertoire, de la variété contemporaine au « Gloria » de Vivaldi. «  Un bon concert » a dit le chef !

Ils pouvaient apporter leur casse-croûte ; c’est donc vers 11h30 que sont arrivés les premiers festivaliers de la région lyonnaise, suivis par les cars des deux chorales haut-savoyardes. Finalement ce sont près de 180 personnes qui étaient attablées à midi au Foyer Rural, en attendant l’ouverture officielle.

Après un petit café, les groupes menés par les référents ont pris la direction de l’église de Montanay où le TOURDION de Brignais a inauguré ce 4ème festival. MUSICA, nos voisins de St André de Corcy, La MERILLANTE de Mérignat,  EN PL’AIN CHŒUR  de Montluel, la VILLANELLE  d’Evian,  DOUCEMENT LES BASSES d’Ayze, (on dit A ÿ zeu, Madame la Présidente !!!),  la CHORALE POPULAIRE DE LYON, de Vénissieux ont suivi pour nous offrir un après-midi musical de qualité et de belles rencontres.

Tour à tour attentif, admiratif, enthousiaste, subjugué, attendri, le  public de choristes avertis a pu découvrir différents répertoires mêlant chants contemporains, variétés, sacré classique et contemporain, musiques du monde… swing et bonne humeur.

La MONTADOUR a chanté en dernier son répertoire classique, accompagnée au piano par Ryoko KATAYAMA, avant que tous les groupes reprennent en chœur « HEILIG » de Schubert, le chant commun qui clôturait la 4ème édition.

Le repas du soir fût très joyeux, ponctué des refrains des uns et des autres, entrecoupé de « bans beaujolais ». Pour remercier chefs de chœur et présidents, chaque chorale emporta une photo souvenir de son passage à Montanay ( merci Bernard ) et des airs plein la tête. On n’oubliera pas de sitôt de « mener la vache au taureau » et on ne sait toujours pas si c’est « à bâbord  » ou « à tribord » qu’on chante le plus fort…

  

 

 

 

 

 

 

 

 

En ce samedi soir, La Montadour accueillait une nouvelle fois dans l’église de Montanay le Chœur de Crimée, une vingtaine de jeunes chanteurs sous la direction de Igor MIKHAILEVSKIY.  Dans la première partie, les chants traditionnels orthodoxes nous ont donné l’occasion d’entendre des voix exceptionnelles de basses et ténors, d’apprécier la technique vocale de ce groupe professionnel venu des bords de la mer Noire.
Après l’entracte, les jeunes filles avaient revêtu leurs costumes ukrainiens, longues robes rouges et brodées pour un répertoire alternant gracieusement chants et rondes de leur folklore et qui mettait en valeur les voix de sopranos.
Ils ont quitté à la lumière des chandelles le public qui les a ovationnés avant de souhaiter dans un refrain « longue vie aux spectateurs » selon la coutume des concerts russes.


 

Rencontre avec les deux chorales « POINT D’ORGUE » et « VOIX DU RAIL » dirigées par Paul Guérin et la MONTADOUR à l’invitation du comité de quartier du 6° arrondissement. Merci à Monique et Christiane d’avoir initié ce projet.
En première partie nous avons écouté les deux chorales qui chantaient «  a capella » un répertoire très varié, l’acoustique de l’église mettant plus en valeur les rythmes classiques.
L’entr’acte fut malheureusement un peu plus long que prévu, la descente d’estrade s’étant révélée funeste pour notre présidente…
C’est donc concentrés comme jamais que nous avons réalisé notre programme dont le GLORIA de Vivaldi accompagné avec bonheur par Ryoko KATAYAMA.
Un accueil chaleureux, un copieux buffet préparé dans la crypte, la troisième mi-temps particulièrement appréciée nous a remis de toutes nos émotions.

« Dieu habite Düsseldorf »…Dans le monde absurde et loufoque de Sébastien THIERY, c’est le titre d’un essai philosophique qui n’a valu que des ennuis à son auteur, un des personnages en quête de reconnaissance et d’admiration dans une des 8 saynètes qui composent cette pièce.


Joués en duo par d’excellents comédiens, Jean Philippe AGE et Jean-Jacques LAPIERRE, ces hommes, au fil des rencontres de la vie quotidienne, recherchent des relations humaines ou amicales, de l’affection dans un monde qui les dépasse.
Un désire se faire handicaper volontairement pour qu’on le remarque, un autre aime tellement les chiffres qu’il fait grossir les petits en ajoutant des zéros. Evidemment dans un poste d’employé de banque c’est plutôt mal vu.
Un troisième en arrive même à empailler son père. Est-ce pour le garder à jamais et ne pas subir l’épreuve de la séparation ??


Le chœur d’hommes de La Montadour a clos le dernier sketch avec HEGOAK, chanson mélancolique sur un amour impossible, confrontant possession et liberté.

Total changement d’ambiance en deuxième partie de soirée puisque LA MONTADOUR, elle,  a de très nombreux amis qui ont profité de la musique de Pierre pour danser ou trinquer autour d’une assiette de bugnes.